Rencontres iraniennes et afghanes

Mai - JUIN 2023

Le 7.5 Paris soutient les femmes iraniennes et afghanes dans leur lutte pour la liberté en leur offrant un espace de parole et une visibilité conséquente.

Femmes, Vie, Liberté, le slogan qui unit les femmes iraniennes depuis les débuts du mouvement révolutionnaire de 2022, a été le fer de lance de ces quatre soirées de rencontres au 7.5 Paris. Que se passe-t-il concrètement en Iran ? Comment cette Révolution pour le respect de l’intégrité des femmes a-t-elle gagné toute la population iranienne ? Quels enseignements en tirer au delà des frontières iraniennes et comment soutenir les femmes dans cette lutte ? Ce sont les questions auxquelles les invités ont tenté de répondre, en apportant chacun et chacune une perspective particulière tirée de leurs recherches.

Par la concordance tragique des situations que subissent les femmes à la fois en Iran et en Afghanistan, ces soirées de rencontres ont aussi été l’occasion de rendre hommage et de soutenir les femmes afghanes qui luttent au quotidien contre l’opression du régime, qui en fait ses premières victimes.

Le 7.5 Paris s’est revêtu d’un accrochage spécial afin de présenter les oeuvres des artistes engagés dans cette lutte tels que Aragorn Boulanger, Maral Bolouri, Sépànd Danesh, Morvarid K, Fatima Lesani, David Miguel, TaHmineh Monzavi, Saba Niknam, Ashkan Noroozkhani, Golnaz Payani, Reza Riahi et Parya Vatankhah.

We Are Iranian Students et Femmes Azadi, deux associations venant en aide aux iraniens et iraniennes sur place ou issus de la diaspora, sont venues expliquer leurs actions et sensibiliser davantage l’auditoire à la situation des femmes en Iran.

L’apport des scientifiques dans la question iranienne est fondamentale pour comprendre la situation que vivent actuellement les iraniennes. 

Nous avons donc eu l’honneur d’assister à une visio conférence donnée par Ebrahim Salimikouchi, écrivain, photographe et chercheur iranien sur le thème de l’éco-résistance féministe en Iran. Fatima Lesani, réalisatrice afghane, a présenté son documentaire Les filles de Kaj (3’54) pour appuyer son propos au sujet du destin brisé des étudiantes afghanes. Les enjeux géopolitiques et les perspectives institutionnelles de l’Iran ont été explicitées par Sepideh Farkhondeh, docteure à Science Po Paris, professeure de Lettres et enseignante de persan (ex-enseignante à l’ENS Ulm). Le chercheur iranien Abdul Hakim Hamidi est à son tour revenu sur la répression subie par les femmes afghanes, dans une conversation avec les auditeurs. Tahoura Vergnet, poétesse iranienne, a clos ce cycle de rencontres avec une lecture de poèmes liés à cette thématique.

Forbidden Memories (2023), Parya Vatankhah, 7.5 Paris, performance